RECHERCHER :
Recherchez dans :
le titre des news
le texte des news
TRIER PAR DATE :
Mois

Année

Après l'interview de Bono sur KROQ, c'était au tour de The Edge de donner son sentiment sur la sortie du nouvel album de U2 à Alan Cross.

Plusieurs point ont été abordés.
L'ancien partenariat avec Blackberry, tout d'abord, puis celui avec Apple, plus récent. The Edge a admis que si les choses s'étaient faites avec Blackberry plutôt qu'Apple à l'époque (2009), c'est parce qu'à ce moment là, ce n'était clairement pas le bon moment pour travailler avec Apple : le groupe et la marque à la pomme n'étaient en effet pas parvenus à trouver un projet qui serait à la fois bon pour U2 te qui rendrait Apple heureux. Steve Jobs n'ayant pas validé la collaboration, U2 s'est donc tourné vers Blackberry qui était plus en mesure de répondre à leurs besoins et de leur fournir des ressources. En y repensant, The Edge a précisé qu'il était probablement mieux que U2 et Apple n'aient pas travaillé ensemble à l'époque, et que le projet sur lequel ils travaillent aujourd'hui a su conserver toute sa fraicheur. Une fois encore, tout comme Bono, il a insisté sur le fait qu'avec Apple, U2 serait en mesure de réaliser des choses qui n'avaient jamais encore été faites.

Pour ce qui est de la sortie du nouvelle album, Alan Cross a introduit le sujet en rappelant qu'il s'agissait là de la plus grosse sortie d'album jamais réalisée. The Edge, pour sa part, a pris les choses avec philosophie, et a assuré que U2 n'était pas naïf, et que le groupe savait pertinemment que tout le monde n'aimerait pas leur nouvel album (même si pour lui, les gens qui n'aiment pas U2 n'insistent pas assez !). Tout comme Bono, il a préféré garder le côté positif de l'histoire, rappelant que l'album avait été donné à 500 millions de personnes, et que 38 millions d'entres elles avaient écouté l'album. Pour lui, c'est un score qui n'aurait pas pu être atteint via une sortie traditionnelle, et qui va contribuer à rendre leurs titres encore plus célèbres. C'est enfin l'occasion pour de nouvelles personnes de découvrir U2....

Enfin, Alan Cross a interrogé le guitariste sur Songs Of Experience, et la manière dont il sortirait. The Edge a expliqué travailler avec Apple sur de nouvelles idées, dont pourrait bénéficier ce deuxième album (le concept serait un nouveau format de musique dématérialisée révolutionnaire), même si le groupe n'est pas encore certain que les choses seront prêtes. On aura tout de même pu apprendre que Songs Of Experience n'est pas fini (donc pas de date de sortie), mais que U2 espère boucler cette 'partie 2', comme l'a appelée The Edge, rapidement.

En attendant, Edge a confirmé qu'on devrait bel et bien voir U2 en live en 2015, avec un concept nouveau...A la question de comment ils comptaient faire mieux que le 360° Tour, Edge a déclaré qu'il était difficile de mesurer ce qui pourrait être mieux. Le 360 était à la pointe à l'époque, mais le concept est périmé. Edge veut quelque chose de nouveau, de frais, qui donne envie aux gens de venir...bref, quelque chose de différent, qui ne semble pas encore prêt.

Alan Cross a terminé l'entretien en demandant au guitariste si U2 allait continuer à faire des choses ensemble, avec tous les projets annexes des uns et des autres...Edge a simplement répondu que le groupe continuait ensemble parce que c'était toujours amusant, et qu'ils avaient l'impression d'être encore en mesure de proposer quelque chose qui les rendrait fiers et qu'ils voudraient défendre. Pour lui, tant que ces deux conditions seront réunies, il n'y a aucune raison pour que ça s'arrête, même s'il a mentionné que ce ne serait peut-être pas de la même manière que par le passé.


Interview intégrale ci-dessous :


Nos sources :
Alan Cross chats with The Edge of U2

Par U2achtung / Lien permanent vers la news

Facebook
 

Bono était l'invité ce matin de la station de radio KROQ aux Etats-Unis, dans le Kevin & Bean Show.

Son intervention a eu lieu juste après la diffusion de leur nouveau single, « The Miracle (of Joey Ramone). Le chanteur a fait un bilan rapide de la sortie de Songs Of Innocence, s'estimant heureux de l'intérêt que le public porte toujours au groupe.
Concernant le partenariat avec Apple, Bono n'a su garder que le meilleur, se félicitant que plus de 30 millions de personnes aient pu écouter l'album (qu'elles l'aient aimé ou pas), un nombre bien supérieur à ceux ayant écouté The Joshua Tree.

Pour ce qui est du secret absolu qui a été conservé autour de la sortie de l'album, Bono a parlé de « miracle », expliquant que contrairement aux fois précédentes où l'album était prêt des mois avant sa sortie, il n'a été que question de jours ici, mettant par la suite en avant le fait que la section rythmique du groupe est très présente sur l'album grâce à Danger Mouse (pour le plus grand plaisir de Larry). Au détour de la conversation, il en a profité pour glisser qu'il envisage d'organiser une session acoustique dans les studios de la station dans un futur proche...

« On se retrousse les manches pour planifier des performances live, et on s'apprête à venir vous rencontrer l'an prochain, peut-être même avant si on arrive à mettre en place quelque chose.
Je veux jouer certains titres en acoustique, car ces chansons ont été conçues pour être jouées de cette façon, même si ça a pris du temps. Je veux vraiment que les gens prêtent une oreille attentive aux chansons, et je pense que la meilleure façon de le faire est de jouer les titres en acoustique ».

Il n'y a plus qu'à attendre les dates !


Nos sources:
BONO CALLS U2’S SURPRISE ITUNES ALBUM RELEASE ‘PUNK ROCK': ‘ANNOY PEOPLE AND GET IN THEIR FACES’

Par U2achtung / Lien permanent vers la news


Facebook
 

La récente interview de Guy Oseary (traduction FR ici) laissait à penser que le partenariat entre U2 et Apple n'allait pas s'arrêter à la sortie de Songs Of Innocence. Il était clairement question d'un partenariat étendu, qui s'appliquerait à d'autres activités que la sortie d'un album.

Une interview de U2 dans le magazine Time du 29 septembre prochain donne quelques indications supplémentaires sur ce qui se mijote entre la marque à la pomme et U2.
Bono, Edge, Larry et Adam travailleraient en effet conjointement avec Apple sur un projet secret visant à proposer un nouveau format de musique digitale, qui devrait être tellement intéressant pour les fans de musique que ceux-ci se remettraient à acheter de la musique, dématérialisée, certes.

Il s'agit visiblement là d'un projet auquel le groupe pense depuis longtemps, puisque lorsqu'en 2009 U2 avait signé un partenariat avec Research In Motion (Blackberry), Bono avait déclaré :

"Je suis très enthousiaste. Research In Motion va nous offrir ce que Apple n'a pas voulu, un accès à leurs laboratoires et leurs collaborateurs, afin que l'on puisse créer quelque chose de vraiment spectaculaire".

L'arrangement avec Research In Motion n'a pas donné lieu à la révolution attendue, mais cette fois-ci Apple n'a pas loupé le coche pour s'associer au groupe et penser à la prochaine révolution musicale...Sur ce coup-là, Tim Cook semble s'être montré moins frileux que Steve Jobs.

Nos sources :
Exclusive: U2 and Apple Have Another Surprise for You
Apple, U2 reportedly working on secret new digital music format


Par U2achtung / Lien permanent vers la news

Facebook
 

Suite aux nombreuses et virulentes critiques que U2 a essuyées suite à la sortie de Songs Of Innocence, pas tant pour l'album que pour son mode de diffusion (pour rappel, poussé automatiquement dans la bibliothèque des clients iTunes, mais uniquement téléchargé si on le souhaite, ou si l'option de téléchargement automatique est activée), le manager du groupe s'est exprimé publiquement.

Guy Oseary a ainsi expliqué au site Mashable, dans un entretien sous forme de questions/réponses d'une vingtaine de minutes, que le groupe et lui même avaient anticipé une telle réaction potentielle, qui finalement ne les surprend pas tant que cela.

« C'est un cadeau de la part d'Apple. Si quelqu'un n'apprécie pas le cadeau, ils devraient le supprimer...Certaines personnes seront ravies de recevoir un cadeau. Beaucoup de gens n'y verront aucun intérêt. Nous savions tout cela, rien de surprenant. Si quelqu'un ne l'aime pas, alors super, pas de problème, effacez-le...Nous voulons juste le partager avec le plus grand nombre de personnes possible. Si vous ne le voulez pas et que vous n'en avez pas l'utilité, supprimez-le. », a réagi Guy Oseary.

Bono lui-même s'était brièvement exprimé le jour de la sortie de l'album, le 9 septembre dernier, en déclarant : « A tous ceux qui ne sont pas intéressés par ce que nous faisons, voyez les choses de cette manière : le sang, la sueur et les larmes de gars venus d'Irlande a atterri dans votre dossier de spam ».

D'une manière plus globale, l'interview permet à Oseary d'exprimer son étonnement face à l'incroyable percée des albums de U2 dans les tops iTunes (« La veille de la sortie, il n'y avait aucun album de U2 dans le top iTunes, aujourd'hui il y en a 26 »), mais aussi sa satisfaction quant au nombre de personnes ayant écouté le nouvel album. En revanche, le manager ne s'est pas exprimé sur les chiffres, mettant en avant qu'il n'y avait pas encore de résultats chiffrés (depuis, en revanche, on sait qu'environ 33 millions de personne sauraient téléchargé l'album, ce qui n'aurait jamais été possible pour un support payant bien entendu, en tout cas pour U2).

Ci-dessous, l'échange intégral entre Guy Oseary et Mashable :


Mashable : Peu de temps après la sortie de Songs Of Innocence par Apple, 26 autres albums de U2 sont entrés simultanément dans le top 200 iTunes. Cela vous a-t-il surpris ?

Oseary : Je suis époustouflé. L'album U218 Singles est numéro 10 dans 46 pays. La veille de l'événement Apple, il n'y avait pas un seul album de U2 dans les classements iTunes. Deux jours plus tard, il y en a 26, et c'est très excitant pour moi de penser que de nouvelles personnes découvrent le groupe, que d'autres le redécouvrent. De ce que j'ai pu entendre, beaucoup de gens écoutent le nouvel album, c'est super.

Mashable : Le PDG d'Apple, Tim Cook, et Bono ont annoncé que l'album serait automatiquement mis à disposition des 500 millions de clients iTunes dans 119 pays. Qu'en est-il des chiffres en termes de téléchargement pour l'instant (Re/Code a annoncé qu'il y en avait eu plus de 2 millions en date de vendredi) ?

Oseary : Je ne sais pas. Je ne pense pas que qui que ce soit ait les chiffres pour le moment. A ce qu'on m'a dit, il seraient très prometteurs, mêmes très bons. Mais il est difficile d'en parler vraiment, car il est possible que quelqu'un l'écoute pour le première fois le mois prochain. Ou Dans un an. Il n'est pas question ici d'un album à écouter sur le champ. Ecoutez-le quand il vous plaît.

Mashable : Samsung a été très franc quant au montant payé à Jay Z quand il a offert 1 million d'exemplaires de son album aux possesseurs de Samsung Galaxy. Apple et U2 vont-ils dévoiler le montant de la transaction (on parlerait de 100 millions de dollars) ?

Oseary : Non.

Mashable : Qu'est-ce qui a déclenché cette transaction, et quand le spourparlers avec Apple concernant cet album ont-ils commencé ?

Oseary : On s'est réunis avec le groupe il y a de nombreux mois. Ils ont mis 5 années de leur vie dans cet album. C'est leur album le plus personnel, dans lequel ils parlent des tout débuts du groupe...L'album est vraiment une histoire complète de leurs débuts, la première fois qu'ils ont vu les Ramones et The Clash, leur première histoire d'amour, leurs premiers ennuis, la première fois qu'ils ont rejoint un groupe, ce qu'était leur vie d'adolescents à Dublin.

Lorsqu'on s'est réunis après 5 années de dur labeur de leur part pour aboutir à cet album incroyable, nous sommes tombés d'accord sur le fait que l'objectif était de l'offrir au plus grand nombre de personnes possible. On ne s'est pas bridés niveau réflexion. On a vraiment vu grand et on s'est demandé :  « Comment s'assurer que ce travail sera partagé avec autant de monde que possible ? C'est de là que tout est parti il y a des mois et des mois. On a commencé à réfléchir à plusieurs choses, et d'une manière toute naturelle on s'est retrouvés à aller frapper chez Apple, du fait de notre relation de longue date avec eux/ Ils sont très ouverts, et ils font partie de la famille U2, tout comme Jimmy Iovine, Eddy Cue et Robert Kondrk. On a un lien particulier.

Nous nous sommes également aperçus que notre album sortait presque 10 ans jour pour jour après l'apparition du groupe sur scène avec Steve Jobs pour promouvoir ce truc baptisé iPod et prendre part à la révolution musicale tout en donnant un coup de main au magasin en ligne. A l'époque, les gens se demandaient « Mais c'est quoi ce gadget, et pourquoi les gens iraient-ils acheter de la musique pour la mettre dessus ? ». Nous avons fait partie de cette histoire, et on voulait remettre ça. Cela est d'autant plus facile qu'on négocie avec des gens avec qui on a déjà négocié auparavant.

Mashable : Comment pensez-vous que les gens ont perçu l'album et la stratégie iTunes ?

Oseary : C'est déroutant, et ça n'a jamais été fait auparavant. On va probablement disséquer l'événement pendant des années (est-ce que ça a fonctionné, ou pas ?), chacun y allant de son avis. Je suis juste heureux que bien plus de gens que ce qu'on aurait pu prévoir écoutent l'album. Si je regarde les classements iTunes, beaucoup de gens redécouvrent le catalogue du groupe, ou le découvrent pour la première fois. On ignore encore beaucoup de choses, mais pour ma part, je suis époustouflé par ce qu'Apple a été capable de mettre en place et par ce qu'on a réussi à faire avec eux. Tout ce qui est lié à la musique est excitant à faire avec Apple, car c'est une entreprise ultra puissante. J'adore vraiment quand quelqu'un qui a un tel pouvoir est encore prêt à faire de nouvelles expériences.

Mashable : U2 prévoit-il encore des sorties « surprise » ?

Oseary : Je pense qu'on a suffisamment créé la surprise pour le moment. Nous prévoyons de continuer à faire la promo de cet album. Une version Deluxe sortira le 14 Octobre. Nous voulons également partager cet album avec les gens en live, en jouant des chansons à droite à gauche devant un public.

Je pense que ce que nous avons fait est très fort, et qu'il y a encore beaucoup de marketing après ça.
Beaucoup de gens pensent que ça y est, c'est fait. Pas du tout, il y a beaucoup de marketing à venir avec la publicité, qui est comme un vidéoclip. On aimerait bien travailler avec Apple sur des projets dont Robert Kondrk s'occupe, on travaille avec eux sur de nouvelles idées, mais rien d'aussi surprenant que ce qu'on vient de faire.

Mashable : Cette sortie n'a pas eu lieu uniquement sur iTunes. Elle était également disponible sur iTunes Radio et Beat Music. U2 prévoit-il de sortir quelque chose à travers ces services, de manière non conventionnelle ?

Oseary : On travaille sur beaucoup de choses avec Apple. Le truc c'était de rester simple. C'est une idée simple. C'est une grande idée. Et c'est tout ce qu'on cherche.

Mashable : Qu'y aura-t_il d'inédit pour les vendeurs physiques avec cette édition Deluxe ?

Oseary : Il y aura quatre nouvelles chansons. Et puis il y aura aussi ntre cinq et sept chansons en acoustique. Certaines chansons ne seront disponibles que sur support physique.

Mashable : Les revendeurs devraient-ils craindre les sot=rties d'albums telles que celle de U2, celle surprise de Beyonce, ou l'exclusivité de Jay Z avec Samsung ?

Oseary : Je ne sais pas s'ils doivent en avoir peur ou non. Chaque entreprise se doit d'être innovante. L'innovation est inévitable. En tant que manager, je dois innover. Je ne peux pas fonctionner de la même manière qu'il y a 10 ans, pas même qu'il y a 2 ans. En ce qui concerne leurs inquiétudes, ce genre de chose est difficilement mesurable. Très peu d'entreprises peuvent se payer le luxe de faire ce genre de choses. Apple a acheté l'album. Et qui plus est, on fait partie d'un incroyable événement marketing. C'est un moment unique.

D'autres artistes vont-ils proposer des choses intéressantes dans les années qui viennent ? Bien sûr. Je suis sûr qu'en ce moment même quelqu'un réfléchit à quelque chose auquel nous n'avons pas pensé, peut-être concernant la vente de billets de concert, la manière de jouer en live, ou de remixer leurs titres. Je n'en sais rien.

Je pense que les gens continueront d'innover, et que certains revendeurs innoveront avec aux. Certains revendeurs pourraient mettre en place des projets exclusifs également. Il n'y a aucun bridage quant à qui peut travailler avec qui. J'ai de très bonne relations avec certains revendeurs, et si l'un d'entre eux m'appelait là, tout de suite, pour monter un projet, je serais tout à fait ouvert. Je suis pour faire de nouvelles choses avec qui que ce soit. Il n'y a pas de « nous » et de « eux », tout le monde est impliqué, c'est très ouvert.

Starbucks s'est souvent impliqué dans des projets musicaux, tout comme Amazon, Google, Target ou Best Buy. Tout le monde possède un téléphone et peut appeler n'importe qui avec qui il a envie de travailler. On pense que c'est la crise, mais pas vraiment. Si n'importe laquelle des entreprises dont je viens de parler m'appelait, je décrocherais. S'ils ont une bonne idée, on la réalisera ensemble.

Mashable : Cela vous ennuie-t-il que Billboard refuse d'intégrer Songs Of Innocence dans son classement d'albums tant qu'il ne sera pas sorti physiquement, le 14 Octobre ?

Oseary : Cela ne me dérange pas, parce que je n'ai pas encore eu l'occasion d'y penser. Les classements ne font pas partie de mes priorités. Je veux juste que le plus grand nombre profite de cet album. Ce qui se passe actuellement avec le catalogue du groupe est réjouissant.


Nos sources :

U2's Manager Responds to Backlash: If You Don't Like This Gift, Delete It


Par U2achtung / Lien permanent vers la news
Facebook
 

Dans un article paru hier dans le Irish Times, Bono revient sur la génèse de Songs Of Innocence.
U2Achtung vous propose de retrouver ci-dessous l'intégralité de la traduction de l'article.

Dans cette longue interview le chanteur revient sur les intentions du groupe avec ce treizième album, sur la présence très forte du souvenir dans sa mère, et sur les jeunes années des quatre paddies, dans le Dublin des années 70. Ce n'est pas tout : il aborde également le sentiment qu'il a sur le groupe, la collaboration avec Apple, le prochain album (déjà !) et la tournée à venir.

Une interview touchante et intéressante, qui permet de voir cet album sous un angle différent.


Le Dublin de Bono : 'Loin de chez moi'

Au moment où U2 luttait pour boucler leur nouvel album, ils ont été chercher leur inspiration dan le Dublin des années 1970, un endroit empli d'une violence invisible, le lieu d'origine d'une scène musicale new-wave et d'un groupe d'ami qui n'étaient pas encore U2. « On a remué beaucoup de merde », raconte Bono.


Bono se penche vers moi de sorte que nos nez se touchent presque, et il change, seul, « La vie commence par le premier regard, le premier baiser et la première danse, on se demande tous pourquoi on est là, dans la Crystall Ballroom sous le chandelier...Nous sommes les fantômes de l'amour et nous hantons cet endroit, dans la salle de danse aux lumières de cristal, tout le monde m'accompagne ce soir ,tout le monde sauf toi. ». C'est du chant traditionnel irlandais avec des lunettes.

« Il faut que je te dise quelque chose de vraiment bizarre à propos de cette chanson » dit-il. « Elle s'appelle The Crystal Ballroom, c'était le nom de McGonagles dans South Anne Street (démoli depuis). Toute une génération de dublinois y allaient pour danser, et beaucoup de couples se sont formés là-bas. Ma mère et mon père avaient l'habitude de danser ensemble au Crystal Ballroom, du coup la chanson que je viens de te chanter, qui n'est pas encore sortie, raconte comment je m'imagine sur la scène de McGonagle's avec ce nouveau groupe auquel j'appartiens, appelé U2...nous avons joué pas mal de concerts importants là-bas au début de notre carrière. Je regarde alors le public et je vois mes parents qui dansent ensemble tendrement au son de U2 jouant sur scène ».

Bono inspire longuement, et dit en parlant doucement : « Je viens de réaliser que ma mère est morte il y a 40 ans hier, et nous voici aujourd'hui à jouer notre nouvel album qui parle de Dublin, de ma famille, et de ce qui m'est arrivé quand j'étais adolescent.
« Ma mère est morte alors qu'elle assistait à l'enterrement de son père, elle a eu une rupture d'anévrisme. J'avais seulement 14 ans. Dans cette chanson, je chante « Tout le monde est là ce soir, tout le monde sauf toi ». Parce que je voudrais voir ma mère danser encore au Crystal Ballroom, et qu'elle voit e que son fils est devenu. »


Tout sur ma mère

Nous sommes dans une pièce sans fenêtre au QG d'Apple dans la Silicon Valley, dans la ville californienne de Cupertino. U2 vient de donner un coup de main au lancement d'une gamme de produits Apple, et on vient d'annoncer que leur nouvel album Songs Of Innocence était offert aux clients d'iTunes.

The Edge est là aussi. Il fouille dans son téléphone, trouve The CrystalBallroom et appuie sur la touche lecture. La pièce est silencieuse pendant que passe la chanson. Après une longue pause, un Bono visiblement secoué murmure : « Son esprit était avec nous aujourd'hui » .
Ce nouvel album de U2 pourrait être le Tout Sur Ma Mère de Bono. Sur la chanson Iris (Hold Me Close) (Iris est le prénom de sa mère), Bono raconte sa mort prématurée. « Cette douleur dans mon cœur Fait tellement partie de moi...Serre-moi fort et ne me lâche pas...J'ai ta vie au fond de moi...On se rencontre à nouveau ».
Alors qu'il se lève et arpente la pièce, il insiste sur un vers de la chanson « Je chante ce vers qui dit 'Iris qui se tient dans l'entrée, elle me dit que je peux tout faire' et c'est un vers typiquement maternel lorsqu'elle me dit 'Tu seras ma perte'. Mais ce n'était pas moi. Je n'ai pas causé sa perte. Je n'ai pas causé sa perte.
« L'image de la mère est tellement, tellement importante dans la musique rock. Montrez-moi un bon chanteur, et je vous montrerais quelqu'un qui a perdu sa mère tôt. Il y a Paul McCartney, il y a John Lennon. Prenez Bob Geldof et ce qui est arrivé à sa mère.
« Dans le hip-hop, à l'inverse, il s'agit surtout du père : être abandonné par son père et être élevé par une mère célibataire. Mais pour moi, il s'agit surtout de la mère. J'ai eu de la peine et de la colère pour ma mère. J'ai toujours de la peine et de la colère pour ma mère. J'ai canalisé ces émotions dans la musique, et je le fais toujours. J'ai très peu de souvenirs de ma mère, mais tous ceux qui me restent sont dans la chanson Iris ».

La mère de Bono l'a vu sur scène une seule fois, avant U2, mais Bono a dit que s'il pouvait revivre un seul et unique moment dans sa vie, alors il retournerait à l'instant où il chantait pour sa mère pour la première fois. Lorsqu'il avait 14 ans, Bono (juste Paul Hewson à l'époque), avait des rapports difficiles avec son frère Norman (de 8 ans son aîné) et son père, alors qu'il grandissait sur Cedarwood Road, à Glasnevin dans le nord de Dublin, juste après la mort de sa mère.
Orphelin de mère, Bono allait frapper chez ses voisins : les Rowen pour le déjeuner, les Hanvey à l'heure du thé. Derek Rowen allait devenir Guggi. Fionan Hanvey allait devenir le musicien Gavin Friday, des Virgin Prunes.
Dans le nouveau titre du groupe Cedarwood Road, Bono parle du cerisier en fleurs dans le jardin des Rowen. « Je cherchais une âme qui soit réelle. Puis je suis tombé sur toi, et ce cerisier en fleurs était une porte vers le soleil ». Dans les banlieues de Dublin des années 1970, le cerisier en fleur « était la chose la plus luxueuse qu'on pouvait imaginer » dit Bono.
The Edge se joint à la conversation, donnant quelques détail sur la politique du Comté de Dublin en matière de cerisiers. Je n'ai pas la moindre idée de comment il peut savoir tout ça.


Finglas, Cabra, le SFX
Songs Of Innocence, c'est U2 qui essaie de retrouver ses racines d'adolescents de la fin des années 70 à Dublin, sa scène musicale new-wave qui tournait autour de McGonagles, du Dandelion Market et des virées bizarres au SFX ou au Top Hat, à Dun Laoghaire.

« Il s'agit de nous, nous demandant ce qui nous a donné envie d'être dans un groupe de rock au tout début, des personnes qui gravitent autour du groupe et de nos premiers voyages, géographiques, spirituels et sexuels. C'était difficile et cela a pris des années. Disons-le ainsi : on a brassé beaucoup de merde », dit Bono.
Avec des chansons parlant de Finglas, d'aller voir les Ramones jouer au Cabra Grand, et de prendre le bus jusqu'au pour aller voir les Clash jouer au Trinity College, cet album semble à des années-lumières de leur dernier. D'une certaine manière, il l'est.
Quand Bono s'est confié au Irish Times au moment de la sortie de No Line On The Horizon en 2009, il a invité le reporter dans le bureau de sa maison de Dalkey, a ouvert les fenêtres et lui a montré la vue sur la Mer d’Irlande, un panorama dans lequel aucune ligne n'était visible à l'horizon (en tout cas ce jour-ci). La récession en Irlande empirait, et une star du rock multimillionnaire donnait à son album le titre de la vue magnifique dont il pouvait profiter tous les jours.
Mais l'image qu'a donnée le groupe à voir au monde entier cette semaine, depuis la fête de lancement Apple à Cupertino, a été très différente : un album type vinyl qui imite le style de la première sortie du groupe en 1979, l'EP U2 Three.


Les attentats de Dublin
En 2009, Bono m'avait montré des œuvres d'art que Frank Sinatra lui avait fait connaître. Aujourd'hui il parle de Superquinn à Finglas (le tout premier endroit où on lui a demandé un autographe, après la toute première apparition du groupe au Late Late Show), il parle du U2 qui faisait les premières parties des Stranglers au Top Hat (« Ils nous traitaient comme de la merde, alors on a volé tout leur vin et on s'est juré que lorsque notre heure de gloire arriverait, on traiterait tout le monde avec respect »), il parle aussi de prendre le bus jusqu'à Marlborough Street pour aller fouiner chez les disquaires du coin.

Cette expérience se retrouve dans la nouvelle chanson Raised By Wolves, une espèce de Sunday Bloody Sunday qui évoque les attentats de 1974. « Les bombes étaient programmées pour exploser toutes à la même heure, un vendredi soir à 17H30 », raconte-t-il. « A cette heure-là, en 1974, je me serais trouvé au magasin Golden Discs dans Marlborough Street, juste à l'angle d'où les bombe sont explosé. Mais ce jour-là j'étais allé à l'école en vélo, alors je n'ai pas pris le bus pour aller en ville comme d'habitude ».

Mais cet album n'est pas empreint de nostalgie. Bono se souvient aussi de la violence et des raclées infligées aux membres de U2 et à leur copain des Virgin Prunes. « Je ne parle pas tant des Black Catholics ici que de la façon que nous avions d'attirer la violence, à cause de notre look et des groupes que nous aimions », dit-il. « Gavin Friday avait l'habitude de se prendre des coups à la tête tout le temps. Mais à cette époque Gavin avait une grosse tête débile ».
« Je suis allé encore un peu plus loin et je me suis souvenu de toute la violence infligée aux femmes par leurs maris, les raclées que prenaient les enfants de la part de leur père et, surtout à cette époque, des prêtres qui abusaient des jeunes enfants ».
Et il y avait du dégoût musical de soi-même ; Quand Bono avait 17 ou 18 ans il pensait ne pas avoir la moindre chance d'être dans un groupe. « Parce que je chantais comme une fille. Je n'avais aucune chance de devenir un chanteur punk-rock ou un chanteur de rock avec ma voix de fille. », raconte-il. « Mais j'ai trouvé ma voix grâce à Joey Ramone, en l'entendant chanter une fois à Dublin. Joey avait aussi une espèce de voix de fille quand il chantait, et ça m'a permis de me lancer ».
Plus tôt ce matin, à la keynote Apple, ils ont joué leur nouveau titre The Miracle (of Joey Ramone) ; qui a transporté tous les techos de Cupertino au Cabra Grand, qu'ils le connaissent ou pas.


J'aimerais qu'on soit un meilleur groupe
Le dégoût musical est toujours là. « Honnêtement, j'aimerais qu'on soit un meilleur groupe. J'aimerais qu'on soit un groupe plus talentueux. La raison pour laquelle nous avons mis des années à faire cet album, c'est ça », dit Bono.

The Edge précise : « En tant que groupe, nous avons toujours balancé entre la puissance et le bruit. Mais maintenant U2 a énormément de zones sombres. Il ne s'agit plus de puissance, ce qui est bien, ou de bruit, ce qui est mal. Il faut savoir quand ça ne fonctionne pas entre nous, et la chose la plus destructrice est d'avoir presque réussi. »
« Il s'agit également de l'insoutenable humilité dont je dois faire preuve en ce moment », dit Bono. « Le fait que je nous pense incapable d'atteindre l'excellence. Jimmy Iovine, un ancien producteur de U2, m'a dit quelque chose de très dur. Il m'a dit 'Tu est très loin de chez toi'. Et ça m'a fait mal. Je vis à Dalkey, amis je suis de Cedarwood Road, et je sais ce qu'il voulait me dire lorsqu'il a dit ça. Ça m'a vraiment mis mal à l'aise d'entendre ça. C'est précisément la raison pour laquelle cet album est centré sur Dublin. »

Albums, argent et tournées

Le deuxième album
Bono explique qu'un petit frère à Songs Of Innocence, baptisé Songs Of Experience, va bientôt sortit. « On va collaborer avec Apple pendant un petit moment sur des trucs très sympas, et Songs Of Experience devrait être bientôt prêt. Je sais que j'ai déjà dit ce genre de chose auparavant »...

Le fin mot de l'histoire
Contrairement aux annonces disant que U2 avait donné Songs Of Innocence à Apple afin qu'il soit distribué gratuitement, Bono confirme que le groupe a reçu de l'argent pour cette opération. « Nous avons été payés, dit-il. « Je ne crois pas à la musique gratuite. La musique est un sacrement. ».

La tournée
« La date de la prochaine tournée de U2 n'est pas encore définitivement fixée, mais ce sera l'an prochain »explique Bono. « Il nous faut de bonnes idées pour pouvoir repartir sur la route en live. Attendez-vous à quelque chose de nouveau, quelque chose de frais ».


Nos sources :

Bono’s Dublin: 'A long way from where I live'


Par U2achtung / Lien permanent vers la news
Facebook
 
13.09.2014 - 19:46
U2 envahit iTunes

En offrant gratuitement son nouvel album Songs of Innocence sur iTunes il y a quelques jours, et malgré les railleries et plaintes de certains abonnés qui juge la manœuvre invasive, U2 a réussi une belle opération pour cette première semaine.

Ci-dessous, un extrait du top 100 des téléchargements sur l'iTunes Store français... U2 y est 19 fois !

#4 The Best Of 1980 1990
#7 U218 Deluxe
#9 Live From Paris (CD bonus du Joshua Tree Remastered)
#17 The Best Of 1980 1990
#28 The Best Of 1980 1990 Deluxe
#38 U218 Deluxe
#39 The Joshua Tree
#42 Achtung Baby
#47 All That You Can't Leave Behind
#55 Rattle & Hum
#68 War
#69 The Unforgettable Fire
#70 Achtung Baby Deluxe
#79 The Joshua Tree Deluxe
#81 Under A Blood Red Sky
#85 How To Dismantle An Atomic Bomb
#86 Zooropa
#88 October
#96 No Line On The Horizon

Et aux Etats-Unis, même combat : 20 albums dans le classement !

#7 The Joshua Tree
#18 U218
#22 Achtung Baby
#23 U218 Deluxe
#26 Rattle & Hum
#28 War
#29 The Unforgettable Fire
#30 All That You Can't Leave Behind
#33 The Best Of 1980 1990
#38 Under A Blood Red Sky
#42 Boy
#46 How To Dismantle An Atomic Bomb
#49 No Line On The Horizon
#51 Zooropa
#54 Live From Paris (CD bonus du Joshua Tree Remastered)
#58 October
#59 The Joshua Tree
#60 Achtung Baby
#83 Pop
#99 The Unforgettable Fire

Nos sources :

U2's Catalog Has Been Selling Like Crazy Since Their Free Album Came Out



Par U2achtung / Lien permanent vers la news

Facebook
 
Le nouvel album de U2 est sorti depuis quelques jours maintenant, et les fans se sont fait leur avis, ou commencent à se le faire. Nous vous proposons ici l’avis de Yoann, et vous pouvez bien sûr réagir sur notre forum pour exprimer vos accords et désaccords :

Après presque 6 ans sans album, U2 revient sur le devant de la scène avec leur dernier opus Songs of Innocence, ce dernier a été gardé secret jusqu’à être présenté le 9 septembre 2014 pendant le lancement de l’iPhone 6 ! Eh oui qu’aurait pu trouver U2 de mieux qu’Apple pour toucher un max de personnes… En effet l’album a été mis en téléchargement gratuit sur le store d’iTunes et permet donc à un demi-milliard d’internautes de le récupérer sans mettre la main à la poche ! Ça c’est du cadeau !

Bref maintenant que l’album est là, faisons le tour ensemble des bons et mauvais points s’il y en a :

Le titre d’ouverture « The Miracle » a été joué en live le soir de la keynote d’Apple et met tout le monde dans le bain, U2 est de retour avec du lourd et surtout avec du nouveau, un son punk rock avec des guitares, ampli à fond comme dans les années 70. Punk que l’on retrouve dans « Volcano » (qui provient d’une chute du titre « Glastonbury ») et « Cedarwood Road » qui détruit tout sur son chemin.

Songs of Innocence revient sur les débuts du groupe et les raisons de leur choix de carrière. Nous retrouvons un clin d’œil aux Beach Boys (groupe que U2 reprenait avant même d’être U2) dans une balade simple qui s‘intitule « California ». Dans « Iris », Bono parle de sa mère qu’il a perdue à 14 ans et dans « Cedarwood Road » il s’agit de la rue de son enfance.

« Every Breaking Wave » qui avait été joué pendant leur tournée à 360° comme inédit voit enfin le jour mais pas assez travaillé à mon goût.

Autre balade « Song for Someone » qui ne manquera pas e vous tirer une larme ou deux et vous fera vous imaginer en train de rouler dans un cabriolet, cheveux aux vents, le soleil sur le visage, revenant de la plage. Ce morceau contient quelques riffs à la fin rappelant étrangement ceux de « I’ll go crazy »

À compter de la piste 7, l’album prend une nouvelle dimension et décolle pour nous emmener très haut, avec pour commencer « Raised by Wolves » avec du synthé style époque « War » qui enchaîne sur « Cedarwood Road », une des tueries de l’album qui en live devrait scotcher tout le monde. On retrouve sur celui-ci des passages qui peuvent rappeler « Stand up Comedy ».

Arrive le moment où U2 se transforme en magicien pour nous placer un tour de magie nommé « Sleep like a Baby Tonight » avec son air de berceuse au son new wave, le groupe nous montre qu’il est encore capable de créer des morceaux étonnant, même si celui-ci nous replonge dans « Pop » et son « If you Wear that Velvet Dress ».

Le titre « This is Where you Can Reach Me Now » nous emmène au bord de mer avec ces mouettes pour nous déposer au pied d’un monument : je parle bien sur de « The Troubles » (titre entendu à Eze), ce morceau qui clôture le tout, et qui est accompagné par la délicieuse voix de Lykke Li. Il restera en tête des jours et des nuits.

Voilà, le disque est dévoilé mais avant de conclure, j’aimerais vous dire, où sont « Ordinary Love », « Invisible », « North Star » (qui aurait pu prendre la place de « Every Breaking Wave ») Eh bien peut être dans le prochain album déjà annoncé sous le nom de Songs of Experience ce qui paraît même logique comme titre, en espérant qu’il ne s’évapore pas comme un certains Songs of ascent qui devait succéder à No Line on The Horizon

Donc après une décennie 2000 et 3 albums assez simples et sans trop de nouveautés, le groupe nous surprend à nouveau et cela est peut être dû à l’intervention du producteur Danger Mouse, celui-ci n’a pas hésité à bousculer l’ordre des choses pour mieux ravir les fans.

Il ne reste qu’à attendre le 13 octobre 2014 pour pouvoir se procurer la version physique de cet opus avec pas mal de bonus !

Par U2achtung / Lien permanent vers la news
Facebook
 

Dans une lettre pour les fans écrite par Bono et publiée sur U2.com, le chanteur revient sur la naissance du dernier bébé de U2, Songs of Innocence et parle déjà de l’avenir. Rappelons que l’album est sorti par surprise sur iTunes en téléchargement gratuit (jusqu’au 13 octobre) sur la plateforme.

Il parle notamment d’une collaboration avec Apple qui ira plus loin que la seule parution de l’album sur iTunes. Il s’agirait d’innovations dans la manière dont nous écoutons et voyons la musique. Enfin, Bono nous dit que si nous aimons Songs of Innocence, il fallait rester attentif pour Songs of Experience, qui devrait être bientôt prêt.

Voici ses mots en anglais :

We’re collaborating with Apple on some cool stuff over the next couple of years, innovations that will transform the way music is listened to and viewed. We’ll keep you posted. If you like Songs of Innocence, stay with us for Songs of Experience. It should be ready soon enough… although I know I’ve said that before…

Effectivement, dans les dernières vraies interviews données avant l’été, Bono répétait que le groupe sortirait deux albums. Cela semble être vraiment le cas, alors tenez-vous prêt !


Par U2achtung / Lien permanent vers la news

Facebook
 

Grosse surprise du groupe ce soir, alors que leur présence à la keynote d'Apple a été confirmée dans la journée, le groupe est venu jouer en clôture de la conférence un nouveau morceau, leur single : The Miracle (Of Joey Ramone).

C'est alors que Bono annonce que l'album est terminé, et "qu'il sera disponible dans 5 secondes sur l'iTunes Store".

C'est donc officiel : l'album intitulé SONGS OF INNOCENCE est disponible gratuitement sur iTunes.

Tracklist :

The Miracle (of Joey Ramone)
Every Breaking Wave
California (There Is No End To Love)
Song For Someone
Iris (Hold Me Close)
Volcano
Raised By Wolves
Cedarwood Road
Sleep Like A Baby Tonight
This Is Where You Can Reach Me Now
The Troubles

Il a été enregistré à Dublin, London, New York et Los Angeles et est produit par Danger Mouse, ainsi que Paul Epworth, Ryan Tedder, Declan Gaffney et Flood.

Le 13 octobre, la sortie physique de Songs of Innocence prendra la forme d’un livret de 24 pages. Un double album sortie avec une session acoustique des chansons de l’album et quatre chansons supplémentaires : Lucifer's Hands, The Crystal Ballroom, The Troubles (Version alternative) et Sleep Like a Baby Tonight (Alternative Perspective Mix par Tchad Blake)

L’album sera également disponible sous la forme d’un double vinyle blanc avec un remix exclusif de « The Crystal Ballroom »

Par U2achtung / Lien permanent vers la news

Facebook
 

C'est la rumeur du moment, et cela dure depuis quelques semaines : U2 devrait participer à la keynote d'Apple ce soir, 9 septembre, et y dévoiler son nouvel album. (à priori, en streaming sur le nouvel iPhone 6).

Les liens entre U2 et Apple ne sont pas nouveau : un iPod U2 a vu le jour en 2004, et Bono a été un proche de Steve Jobs...Une participation du groupe à l'iTunes Festival de cette année avait même été envisagée par certains.

Il semblait que cette rumeur était partie des fans, elle avait même été démentie par un porte-parole du groupe (article du Independent supprimé depuis !)... mais aujourd'hui, plusieurs sources semblent pouvoir affirmer le contraire !

C'est le cas de l'Irish Times, qui confirme que les quatre irlandais ont été vus à Cupertino aujourd'hui, en vue de l'événement de ce soir. Mais aussi du New York Times, qui va même plus loin en mentionnant que U2 jouera un rôle important dans la présentation du nouveal iPhone 6 ce soir...

"Dans la continuité d'une association de plus de 10 ans avec Apple, U2 va jouer un rôle important dans l'événement Apple, qui se tiendra au centre des arts de Cupertino, Californie, siège de l'entreprise, selon trois personnes proches du dossier. En plus de jouer en live, le groupe va dévoiler que son prochain album, attendu d'ici la fin de l'année, sera intégré à des produits Apple, d'après ces personnes, qui se sont exprimées de manière anonyme. En effet, la présence du groupe, ainsi que son partenariat avec Apple, sont censés être une surprise." mentionne le New York Times.

Qui croire ? Réponse ce soir, à partir de 19h, lors de la présentation en live de la keynote d'Apple à suivre sur www.apple.com/live.

A noter que Barclay, le label de U2 en France, est dans l'impossibilité de nous confirmer l'information.

Nos sources :

U2 to appear in California for the launch of Apple’s new iPhone 6
U2 Said to Play 'Significant Part' in Tomorrow's Apple Event


Par U2achtung / Lien permanent vers la news


Facebook
 
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15   Page suivante
© U2Achtung.com     Version 11 - design : opopanax.fr