»  Lire les paroles
 »  Lire la traduction

 »  Ce titre se trouve sur les albums :
Plus d'infos sur cet album
War

Plus d'infos sur cet album
Under A Blood Red Sky

Plus d'infos sur cet album
The Best Of 1980-1990

Plus d'infos sur cet album
U218 Singles

Plus d'infos sur cet album
Go Home, Live From Slane Castle

Plus d'infos sur cet album
The Joshua Tree : remasterisé

Plus d'infos sur cet album
War : remasterisé

Plus d'infos sur cet album
Under A Blood Red Sky : remasterisé

Analyse de "Sunday Bloody Sunday"
Ce titre est sans conteste l'un des plus célèbre du groupe non seulement d'un point de vue musical grâce à sont orchestration mais aussi et surtout grâce à son engagement politique. C'est sûr, pour U2, il y a un avant Sunday et un après Sunday. Ce titre avait d'ailleurs, à sa sortie, créé une polémique. On a accusé le groupe d'être des révolutionnaires proches de l'IRA (groupe armée d'Irlande du nord n'hésitant pas à effectuer des attentats pour revendiquer l'indépendance de l'Ulster). Pourtant comme l'indique Bono lors des premiers concerts qui ont suivi la sortie de l'album War, cette chanson n'est pas une chanson rebelle, c'est une chanson qui revendique la paix.

Ce titre fait référence au dimanche sanglant, page noire de l'histoire de l'Irlande du nord. L'Irlande du nord (ou encore Ulster) est rattachée à l'Angleterre par l'intermédiaire du Royaume Uni, au même titre que l'Ecosse ou bien du Pays de galles. Sa capitale est Belfast. Au contraire l'Irlande du sud (ou encore Eire) est complètement indépendante. L'Irlande du nord est partagée entre les protestants, proches de la couronne Anglaise, et les catholiques qui veulent leur indépendance. En 1972, lors du dimanche sanglant, des catholiques qui font une manifestation se font tirer dessus par des soldats anglais faisant de nombreux morts et de nombreux blessés. Suite à cela l'Irlande du nord va connaître une longue période d'instabilité teintée d'attentas et de conflits en tout genre jusqu'à un passé proche où une solution diplomatique, sous l'impulsion de Tony Blair, de nombreuses personnes politiques de la régions, ainsi que de célébrités (Bono en l'occurrence), semble avoir été trouvée. Toutefois tout reste encore à faire et les difficultés, du fait des enjeux politiques persistent.

L'introduction
Le morceau commence par l'une des intro batteries les plus connues au monde. Ce "riff" est repris tout au long de la chanson. Il rappelle les roulements de tambours militaires joués pendant les défilés. Ca n'a rien de surprenant lorsque l'on sait que Larry (le batteur du groupe) a longtemps fait partie d'une fanfare où il jouait de la caisse claire. Vient ensuite le riffe de guitare, lui aussi légendaire qui est repris tout au long de la chanson.

Le 1er couplet
Bono semble desabusé par ce qu'il voit aux informations, il ne peut rester insensible et impuissant ("i can't beleive the news today, i can't close my eyes and make it go away"). Combien de temps aura t'il besoin de chanter cette chanson ? ("how long must we sing this song"). Dès ce soir les irlandais se réuniront pour ne former plus qu'un ("cause tonight we can be as one").

Le 2eme couplet
Le ton se durcit. Bono y décrit un champs de bataille ("broken bottle under children field"), des corps gisent sur le sol ("body accross the dead en street") et il crie sa colère ("i put my backup against the wall").

Solo
Le solo est très original par sa construction. Il ne reprend pas la ligne melodique du morceau mais emprunte plutôt une technique propre à la musique irlandaise. Il s'agit de la technique du bourdon qui utilise les cordes à vide afin de faire raisonner le solo.

Le pont
Juste après le solo arrive une parenthèse. Bono demande d'arrêter de pleurer ("wipe your tears away"), preuve que la guerre n'est pas une fatalité et qu'il faut garder espoir envers l'avenir.

3eme couplet
Bono y fustige les médias. Ceux qui nous montrent la violence au quotidien et qui du fait rendent difficile le discernement entre la fiction et la réalité et qui, en quelque sorte, banalisent la violence au point qu'elle ne choque plus ("and it's true we are imune when fact are fiction and tv reality"). Pourtant les gens pleurent et de nombreuses gens risquent encore de mourir parfois dans une totale indifférence ("and todays the millions cry, we eat and drink while tomorow they die"). Mais la bataille réelle ne fait que commencer. Non pas celle qui va voir la victoire des catholiques et des protestants mais celle qui verra la victoire de Jésus.
 
© U2Achtung.com     Version 11 - design : opopanax.fr