Bienvenue sur U2Achtung !
Inscrivez vous au club ou sur le forum

« Il ne fait pas bon être une rockstar riche qui parle des pauvres »

« Il ne fait pas bon être une rockstar riche qui parle des pauvres »

« Il ne fait pas bon être une rockstar riche qui parle des pauvres »
Le Guardian vient de publier une interview donnée par Bono et par l'économiste Jeffrey Sachs lors de leur passage à Tamale dans le Nord du Ghana. Bono y parle des effets de l'aide humanitaire apportée au Ghana et aussi de sa situation d'activiste.

Le chanteur y évoque en premier lieu les résultats de l'aide apportée au Ghana depuis une dizaine d'années grâce au Global Fund. Il souligne sa fierté de voir qu'un tiers des ressources du Global Fund au Ghana proviennent de Red (fondé en 2006 pour collecter de l'argent par le biais de la vente de produits de grandes marques comme Nike, Apple ou Starbucks) et que One ainsi que d'autres campagnes ont également permis de lever d'autres fonds. Les chiffres encourageants concernant la lutte contre le sida ou la malaria, la visite d'un hôpital ainsi que la perspective de voir prochainement la construction de 240 nouvelles écoles l'encouragent vraiment.

Il tient en revanche à souligner que l'aide n'est pas une fin en soi et doit en principe répondre uniquement à des situations d'urgence. Il espère bien qu'à l'horizon de cinq ou dix ans, le Ghana sera capable de voler de ses propres ailes, insistant bien sur le fait que : « Personne n'aime la culture de la dépendance. Personne ne défend ça. Nous cherchons à en finir avec ça ».

Parlant de l'activisme en général, le chanteur confie que les temps sont un peu durs pour lui en raison de la crise : « Ce n'est vraiment pas le bon moment pour être une riche rockstar parlant des pauvres. Je vous le dis. Pareil pour un acteur célèbre, ou une première dame… Il y a des réactions du genre : « Mais pourquoi est-ce que vous ne foutez pas le camp dans votre château ? », et je suis vraiment ravi de voir que des gens continuent faire campagne. En dehors de la Grande-Bretagne, nous n'avons pas beaucoup de couverture médiatique pour ces questions s'il n'y a pas de visages connus, et sans couverture médiatique, les politiciens nous soutiennent bien moins ».


L'interview intégrale publiée par le Guardian ici :
Ghana aid : Jeffrey Sachs Bono



Par U2achtung / Lien permanent vers la news