Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !
Bienvenue sur U2Achtung !
Inscrivez vous au club ou sur le forum

Bono accuse Silvio Berlusconi

Bono accuse Silvio Berlusconi

Des depêches de Reuters et AFP via Yahoo! Actualités rapportent une lettre, parue aujourd'hui dans un journal italien (Corriere della Sera), destinée au chef du gouvernement italien et rédigée par Bono qui accuse Silvio Berlusconi d'avoir "exploité" son image pour sa campagne électorale et de mentir sur la réduction de l'aide aux pays pauvres.

"M. Berlusconi, je pourrais me sentir flatté d'apparaître sur votre brochure, mais je me sens aussi un peu exploité", écrit-il dans cette lettre publiée à la une du quotidien.

Donné battu par tous les sondages, Silvio Berlusconi a tenté à une semaine des législatives de convaincre les indécis de voter pour lui. De très nombreux jeunes italiens, sensibles à l'action de la rock star, sont au nombre des indécis, soulignent les politologues italiens. Entrepreneur et magnat des médias milliardaire, le chef du gouvernement italien a fait envoyer aux quelque 50 millions d'électeurs italiens une luxueuse brochure sur papier glacé vantant son action pendant son mandat à la tête du gouvernement italien.

"A la page 79, j'apparais en photo au téléphone avec une légende précisant que je suis en train de vous féliciter pour «les actions menées par le gouvernement italien pour venir en aide aux pays pauvres». Mais tragiquement, l'Italie sous votre gouvernement est devenue la dernière de la classe des 22 nations les plus riches au monde pour les dépenses en faveur du tiers monde".

Bono n'a pas manqué de rappeler à Silvio Berlusconi ses engagements : "Un accord a été signé au G8 de Gleneagles en Ecosse (...) et votre signature figure sur ce document avec celles de Chirac, Blair et Bush."

"Je serais très honoré de voir mon nom figurer dans le manifeste d'un leader avec un programme clair pour maintenir ses promesses aux pays les plus pauvres. Mais pour le moment, vous n'avez apporté aucune indication, même s'il est encore temps", conclut Bono en invitant Silvio Berlusconi à lui répondre.