Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !
Bienvenue sur U2Achtung !
Inscrivez vous au club ou sur le forum

Paul Mac Guinness interviewé par une radio dublinoise

Paul Mac Guinness interviewé par une radio dublinoise

Paul Mac Guinness a donné une interview le 9 décembre à Phantom Radio, à Dublin, lors de l'émission "Album Archive" consacrée à la sortie de l'édition 2007 de The Joshua Tree.

Voici un résumé des 40 minutes :

La génèse de “The Joshua tree”.
Avant cet album, U2 était considéré comme les «who» des années 80. Mais la participation de Brian Eno à la création de Joshua tree est allé à l'encontre de cette vision. Eno, lui-même, n'était pas pleinement convaincu à l'idée de travailler avec le groupe. Bono a du le convaincre de bien vouloir les rencontrer. Brian Eno a convier Daniel Lanois à la réunion afin de se décharger d'une part du travail. U2 ne connaissait pas Daniel Lanois, et au final Eno et Lanois ont travaillé ensemble. Il considère l'album «The Unforgettable Fire» comme un album de ces transitions.C'est néanmoins un de ses albums préférés, notamment parce que Joshua Tree n'aurait pas été possible autrement.

L'imbroglio «Where the streets have no name».
Mc Guinness confirme que Brian Eno a failli effacer le travail du groupe sur cette chanson. Il ajoute qu'il ne sait pas réellement ce qu'il aurait fait à la place d'Eno, mais il dit respecter le producteur, car il travaille pour l'artiste, et Eno a fait un travail remarquable pour U2.

Greg Carroll, et One Tree Hill.
Bono a voulu enregistrer la chanson en une fois, car c'etait trop douloureux pour lui. Mc Guiness revient avec émotion sur la personne à qui était dédicacée la chanson, Greg Carroll, qui est décédée alors qu'elle travaillait avec U2. «Nous l'avons sorti d'Auckland pour l'emmener à Dublin travailler avec nous, et nous l'avons ramené dans un cerceuil…».

U2 et les stades.
Mac Guinness revient sur le Lovetown tour, et sur le fait que c'était les premiers concerts de U2 en stade. Il insiste sur l'influence du groupe «Journey», au niveau scénique, et ajoute que la vente de billets derrière la scène lui semble inhérente aux concerts de U2 : les gens s'attendent à voir des spectateurs derrière la scène, ce qui renforce l'ambiance dans le stade. Il insiste aussi sur la qualité des premières parties du groupe depuis le Lovetown tour.

Le tournage du clip de “Where the streets have no name”.
L'idée du clip vient du dernier concert des Beatles, en haut de l'immeuble d'Apple. Néanmoins, contrairement à ce que la légende et le clip disent, la police n'a causé aucun tracas au groupe, bien au contraire. U2 avait en effet un permis ce jour-là, et la police était très compréhensive, trop pour Mc Guinness en fait, qui esperait, au niveau médiatique, une intervention des forces de l'ordre pour des images plus spectaculaires, ce qui a été le cas vers la fin du concert.

L'échec de Rattle and Hum, le film.
Mc Guinness revient de manière assez critique sur la façon dont il a géré la sortie de l'album et du film. Il pense en effet que son erreur a été de vendre les deux en même temps. Or, un album ne se vend pas de la même facon qu'un film, et ,selon lui, les fans ont été déboussolés par le matraquage médiatique. L'album a bien marché, car il est sorti avant le film, et le film a pâti d'une campagne de publicité maladroite car trop importante. Sur le film en lui-même, Mc Guinness regrette le manque de liberté octroyé à Phil Joanou sur les scènes documentaires sur le groupe, qui apparaît donc de façon peu spontanée. Par contre, il dit apprécier tout particulierement la force des scènes de concert. Il conclut en disant que le film a été mal interprété par beaucoup de monde. On a reproché à U2 de revendiquer une part de la musique américaine, alors que le groupe ne faisait que rendre hommage à une culture qu'ils apprécient, et qu'ils ont essayé d'incorporer à leur musique avec Rattle and Hum.

L'anniversaire de Joshua Tree.
Les vingt ans de la sortie de l'album ont été pour lui l'occasion de sortir ce coffret, auquel il pensait déjà depuis un petit bout de temps. Il annonce par ailleurs que tous les albums sortiront de cette façon, en édition simple remasterisée, à un prix normal, mais aussi en versions collectors avec des bonus pour les fans, à un prix plus élevé. Il revient aussi sur ses B-sides préférés, à savoir Sweetest Thing (qui a bien failli être un single de Boyzone, d'où leur apparition dans le clip), Silver and Gold ou encore Wave of Sorrow, chanson inachevée au moment de la sortie de l'album, que Bono a terminée pour l'occasion.

Le prochain album.
Mc Guinness évoque en fin d'interview, de façon assez rapide, le nouvel album de U2. Il se dit satisfait par la façon dont les choses évoluent, tout en insistant sur le fait qu'il n'est pas un très bon juge de la qualité du processus créatif d'un album.


source : Phantom