Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !
Bienvenue sur U2Achtung !
Inscrivez vous au club ou sur le forum

U2 sur la BBC [MAJ]

U2 sur la BBC [MAJ]


Bono et The Edge ont donné lundi 23 février une interview au cours de l'émission de Zane Lowe, grand fan du groupe, sur la radio de la BBC.

Bono a tout d'abord parlé de l'enjeu que représentait chaque nouvel album pour U2. "Si les gens ont déjà un album de U2, pourquoi en acheter un deuxième?". Il s'agit donc de se remettre en cause, à chaque fois.

La chanson "No Line on the Horizon" est en fait née à la suite d'un bœuf musical de 15 minutes, une session complétement improvisée. Bono révèle que la chanson finale constitue quatre de ces quinze minutes. The Edge précise ensuite que son influence sur ce titre, au niveau de la guitare, a été l'esprit Punk des Ramones, mais avec une distortion particulière, ce qui donne une couleur différente au titre.

Fez a été un tournant dans la création de l'album, selon Bono qui met en parallèle cette ville, qu'il considére comme "la capitale religieuse du maroc, un lieu de tolérance", et Berlin, qui leur avait inspiré "Achtung Baby" dans les années 90.

Sur le plan politique, Bono comprend qu'il puisse agacer les gens, mais pour lui, les résultats qu'il obtient importent plus que tout. The Edge et Bono avouent avoir été particulièrement émus de jouer lors de l'inauguration d'Obama. Tout d'abord parce que le Lincoln Memorial est un lieu chargé d'histoire - c'est le lieu où Martin Luther King a délivré son discours le plus célébre - mais aussi parce que, selon Bono, les plans d'Obama ne concernent pas seulement les Etats-Unis, mais le monde entier. "C'est pour cela que personne n'a été étonné par la présence d'une bande d'irlandais lors de la cérémonie (rires)".

Pour le journaliste, la musique de U2 a marqué l'Histoire, du mur de Berlin à l'investiture d'Obama. Mais Bono précise qu'il ne pense pas que ce soit le moment d'en parler. Le groupe est tourné vers l'avenir : "Kiss the Future, … The Past, je me censure tout seul (rires)".

Voici le lien pour écouter l'émission en entier : cliquer sur "listen". Attention, le lien ne sera plus disponible dans cinq jours.

U2 a aussi participé à l'emission du "Culture Show" durant laquelle ils ont joué la chanson titre de leur dernier album, ainsi que "Get on Your Boots", dans une ambiance intimiste :

Le groupe revient tout d'abord sur ses débuts. Bono déclare qu'il y a eu des groupes meilleurs qu'eux, mais qui ne l'ont jamais su à cause de l'incompatibilité entre les égos des différents membres. Pour Bono, l'égo de U2 passe avant tout, et c'est ce qui fait la force du groupe. Pour The Edge, une des erreurs les plus fréquentes dans un groupe est de se mettre la pression, de se dire qu'il faut être LE meilleur groupe. Adam pense que s'ils n'étaient pas ensemble dans un groupe, ils auraient tous besoin d'une psychothérapie, car le groupe leur permet de ne pas perdre pied avec la réalité.

Au sujet des années 80, Bono pense que le groupe était d'abord "merdique", puis qu'ils sont vite devenus très bons, ce qui a été un problème, car il est plus difficile de devenir meilleurs. Le look du groupe, à l'époque du Joshua Tree, leur a posé problème. La mode, dans les années 80, c'était de faire la tête. "On avait l'impression que le groupe était trop bête pour apprécier leur place de numéro Un", constate Bono. "On a eu besoin de se changer les idées". Ce qu'ils ont fait avec "Achtung Baby" et les tournées qui ont suivi.

Bono réfléchit ensuite à propos du statut de Rock Star : la mythologie du Rock veut que, comme le Christ, on doive mourir à 33 ans, que la meilleure musique possible sera composée avant la trentaine. "Ce n'est pas vrai, on n'exige pas la même chose d'un réalisateur, d'un peintre, ou d'un écrivain. Pourquoi est-ce que l'on exigerait ça du rock? Le Rock, c'est le culte de la mort. On doit mourir pour devenir beau, et les gens sont déçus parce qu'on est pas morts dans un accident d'avion, pas même un des membres du groupe (rires). La mythologie n'apporte rien à la musique".

The Edge révèle que le groupe aurait pu sortir l'album cet été. "Mais il n'était pas fini. Les chansons étaient presque là. On a décidé, d'un commun accord, d'attendre de vraiment faire l'album que l'on souhaitait, ce qui a été le cas". Ce qui en fait, selon Adam, "leur meilleur album".

Le groupe, dans une ambiance très détendue, joue "No Line on the Horizon". Bono fait preuve d'auto dérision : "La ligne de basse est incroyable, mais le reste, c'est de la merde!".
La scène est très importante pour U2. Larry dit même qu'ils ne savent pas si une chanson est "Bonne, géniale, ou… pas terrible" avant de l'avoir jouée sur scène. The Edge se demande parfois, au cours du processus créatif, si une chanson sera convaincante en concert.

Bono revient ensuite sur son engagement politique, qui aurait pu eclipser la musique de U2. "Notre public est heureusement malin, il sait que ça a toujours fait partie de notre musique". Larry confesse que l'engagement de Bono, s'il ne peut être critiqué en tant que tel, est parfois embarrassant pour le groupe, et surtout, pour Bono lui-même. The Edge va dans le sens de Bono : "Il a l'attention des gens grâce à sa musique, elle lui donne l'opportunité de prendre la parole, de faire quelque chose d'extraordinaire. Il n'aurait jamais été écouté sans elle."
La musique restera la chose sur laquelle le groupe a toujours été d'accord, "c'est la seule chose, en trente ans", précise Larry. "Les gens doivent se rappeler qu'on est un groupe de musique, pas un parti politique, et qu'on a le droit de ne pas être toujours d'accord les uns avec les autres".
Bono se justifie : "Un artiste ne doit plus simplement montrer du doigt les problèmes du monde. Nous sommes dans une nouvelle époque, on peut essayer de changer les choses. Bizarrement, il est mal vu que le Rock'n'Roll s'intéresse à ce qui se passe dans le monde. On ne fait pas le même reproche à un réalisateur…"

Larry a le mot de la fin : "Nous avons encore quelque chose à prouver".