Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !
Bienvenue sur U2Achtung !
Inscrivez vous au club ou sur le forum

U2 et Apple : Guy Oseary répond aux critiques

U2 et Apple : Guy Oseary répond aux critiques

U2 et Apple : Guy Oseary répond aux critiques

Suite aux nombreuses et virulentes critiques que U2 a essuyées suite à la sortie de Songs Of Innocence, pas tant pour l'album que pour son mode de diffusion (pour rappel, poussé automatiquement dans la bibliothèque des clients iTunes, mais uniquement téléchargé si on le souhaite, ou si l'option de téléchargement automatique est activée), le manager du groupe s'est exprimé publiquement. 

Guy Oseary a ainsi expliqué au site Mashable, dans un entretien sous forme de questions/réponses d'une vingtaine de minutes, que le groupe et lui même avaient anticipé une telle réaction potentielle, qui finalement ne les surprend pas tant que cela. 

« C'est un cadeau de la part d'Apple. Si quelqu'un n'apprécie pas le cadeau, ils devraient le supprimer...Certaines personnes seront ravies de recevoir un cadeau. Beaucoup de gens n'y verront aucun intérêt. Nous savions tout cela, rien de surprenant. Si quelqu'un ne l'aime pas, alors super, pas de problème, effacez-le...Nous voulons juste le partager avec le plus grand nombre de personnes possible. Si vous ne le voulez pas et que vous n'en avez pas l'utilité, supprimez-le. », a réagi Guy Oseary. 

Bono lui-même s'était brièvement exprimé le jour de la sortie de l'album, le 9 septembre dernier, en déclarant : « A tous ceux qui ne sont pas intéressés par ce que nous faisons, voyez les choses de cette manière : le sang, la sueur et les larmes de gars venus d'Irlande a atterri dans votre dossier de spam ». 

D'une manière plus globale, l'interview permet à Oseary d'exprimer son étonnement face à l'incroyable percée des albums de U2 dans les tops iTunes (« La veille de la sortie, il n'y avait aucun album de U2 dans le top iTunes, aujourd'hui il y en a 26 »), mais aussi sa satisfaction quant au nombre de personnes ayant écouté le nouvel album. En revanche, le manager ne s'est pas exprimé sur les chiffres, mettant en avant qu'il n'y avait pas encore de résultats chiffrés (depuis, en revanche, on sait qu'environ 33 millions de personne sauraient téléchargé l'album, ce qui n'aurait jamais été possible pour un support payant bien entendu, en tout cas pour U2). 

Ci-dessous, l'échange intégral entre Guy Oseary et Mashable : 


Mashable : Peu de temps après la sortie de Songs Of Innocence par Apple, 26 autres albums de U2 sont entrés simultanément dans le top 200 iTunes. Cela vous a-t-il surpris ? 

Oseary : Je suis époustouflé. L'album U218 Singles est numéro 10 dans 46 pays. La veille de l'événement Apple, il n'y avait pas un seul album de U2 dans les classements iTunes. Deux jours plus tard, il y en a 26, et c'est très excitant pour moi de penser que de nouvelles personnes découvrent le groupe, que d'autres le redécouvrent. De ce que j'ai pu entendre, beaucoup de gens écoutent le nouvel album, c'est super. 

Mashable : Le PDG d'Apple, Tim Cook, et Bono ont annoncé que l'album serait automatiquement mis à disposition des 500 millions de clients iTunes dans 119 pays. Qu'en est-il des chiffres en termes de téléchargement pour l'instant (Re/Code a annoncé qu'il y en avait eu plus de 2 millions en date de vendredi) ? 

Oseary : Je ne sais pas. Je ne pense pas que qui que ce soit ait les chiffres pour le moment. A ce qu'on m'a dit, il seraient très prometteurs, mêmes très bons. Mais il est difficile d'en parler vraiment, car il est possible que quelqu'un l'écoute pour le première fois le mois prochain. Ou Dans un an. Il n'est pas question ici d'un album à écouter sur le champ. Ecoutez-le quand il vous plaît. 

Mashable : Samsung a été très franc quant au montant payé à Jay Z quand il a offert 1 million d'exemplaires de son album aux possesseurs de Samsung Galaxy. Apple et U2 vont-ils dévoiler le montant de la transaction (on parlerait de 100 millions de dollars) ? 

Oseary : Non. 

Mashable : Qu'est-ce qui a déclenché cette transaction, et quand le spourparlers avec Apple concernant cet album ont-ils commencé ? 

Oseary : On s'est réunis avec le groupe il y a de nombreux mois. Ils ont mis 5 années de leur vie dans cet album. C'est leur album le plus personnel, dans lequel ils parlent des tout débuts du groupe...L'album est vraiment une histoire complète de leurs débuts, la première fois qu'ils ont vu les Ramones et The Clash, leur première histoire d'amour, leurs premiers ennuis, la première fois qu'ils ont rejoint un groupe, ce qu'était leur vie d'adolescents à Dublin. 

Lorsqu'on s'est réunis après 5 années de dur labeur de leur part pour aboutir à cet album incroyable, nous sommes tombés d'accord sur le fait que l'objectif était de l'offrir au plus grand nombre de personnes possible. On ne s'est pas bridés niveau réflexion. On a vraiment vu grand et on s'est demandé :  « Comment s'assurer que ce travail sera partagé avec autant de monde que possible ? C'est de là que tout est parti il y a des mois et des mois. On a commencé à réfléchir à plusieurs choses, et d'une manière toute naturelle on s'est retrouvés à aller frapper chez Apple, du fait de notre relation de longue date avec eux/ Ils sont très ouverts, et ils font partie de la famille U2, tout comme Jimmy Iovine, Eddy Cue et Robert Kondrk. On a un lien particulier. 

Nous nous sommes également aperçus que notre album sortait presque 10 ans jour pour jour après l'apparition du groupe sur scène avec Steve Jobs pour promouvoir ce truc baptisé iPod et prendre part à la révolution musicale tout en donnant un coup de main au magasin en ligne. A l'époque, les gens se demandaient « Mais c'est quoi ce gadget, et pourquoi les gens iraient-ils acheter de la musique pour la mettre dessus ? ». Nous avons fait partie de cette histoire, et on voulait remettre ça. Cela est d'autant plus facile qu'on négocie avec des gens avec qui on a déjà négocié auparavant. 

Mashable : Comment pensez-vous que les gens ont perçu l'album et la stratégie iTunes ? 

Oseary : C'est déroutant, et ça n'a jamais été fait auparavant. On va probablement disséquer l'événement pendant des années (est-ce que ça a fonctionné, ou pas ?), chacun y allant de son avis. Je suis juste heureux que bien plus de gens que ce qu'on aurait pu prévoir écoutent l'album. Si je regarde les classements iTunes, beaucoup de gens redécouvrent le catalogue du groupe, ou le découvrent pour la première fois. On ignore encore beaucoup de choses, mais pour ma part, je suis époustouflé par ce qu'Apple a été capable de mettre en place et par ce qu'on a réussi à faire avec eux. Tout ce qui est lié à la musique est excitant à faire avec Apple, car c'est une entreprise ultra puissante. J'adore vraiment quand quelqu'un qui a un tel pouvoir est encore prêt à faire de nouvelles expériences. 

Mashable : U2 prévoit-il encore des sorties « surprise » ? 

Oseary : Je pense qu'on a suffisamment créé la surprise pour le moment. Nous prévoyons de continuer à faire la promo de cet album. Une version Deluxe sortira le 14 Octobre. Nous voulons également partager cet album avec les gens en live, en jouant des chansons à droite à gauche devant un public. 

Je pense que ce que nous avons fait est très fort, et qu'il y a encore beaucoup de marketing après ça. 
Beaucoup de gens pensent que ça y est, c'est fait. Pas du tout, il y a beaucoup de marketing à venir avec la publicité, qui est comme un vidéoclip. On aimerait bien travailler avec Apple sur des projets dont Robert Kondrk s'occupe, on travaille avec eux sur de nouvelles idées, mais rien d'aussi surprenant que ce qu'on vient de faire. 

Mashable : Cette sortie n'a pas eu lieu uniquement sur iTunes. Elle était également disponible sur iTunes Radio et Beat Music. U2 prévoit-il de sortir quelque chose à travers ces services, de manière non conventionnelle ? 

Oseary : On travaille sur beaucoup de choses avec Apple. Le truc c'était de rester simple. C'est une idée simple. C'est une grande idée. Et c'est tout ce qu'on cherche. 

Mashable : Qu'y aura-t_il d'inédit pour les vendeurs physiques avec cette édition Deluxe ? 

Oseary : Il y aura quatre nouvelles chansons. Et puis il y aura aussi ntre cinq et sept chansons en acoustique. Certaines chansons ne seront disponibles que sur support physique. 

Mashable : Les revendeurs devraient-ils craindre les sot=rties d'albums telles que celle de U2, celle surprise de Beyonce, ou l'exclusivité de Jay Z avec Samsung ? 

Oseary : Je ne sais pas s'ils doivent en avoir peur ou non. Chaque entreprise se doit d'être innovante. L'innovation est inévitable. En tant que manager, je dois innover. Je ne peux pas fonctionner de la même manière qu'il y a 10 ans, pas même qu'il y a 2 ans. En ce qui concerne leurs inquiétudes, ce genre de chose est difficilement mesurable. Très peu d'entreprises peuvent se payer le luxe de faire ce genre de choses. Apple a acheté l'album. Et qui plus est, on fait partie d'un incroyable événement marketing. C'est un moment unique. 

D'autres artistes vont-ils proposer des choses intéressantes dans les années qui viennent ? Bien sûr. Je suis sûr qu'en ce moment même quelqu'un réfléchit à quelque chose auquel nous n'avons pas pensé, peut-être concernant la vente de billets de concert, la manière de jouer en live, ou de remixer leurs titres. Je n'en sais rien. 

Je pense que les gens continueront d'innover, et que certains revendeurs innoveront avec aux. Certains revendeurs pourraient mettre en place des projets exclusifs également. Il n'y a aucun bridage quant à qui peut travailler avec qui. J'ai de très bonne relations avec certains revendeurs, et si l'un d'entre eux m'appelait là, tout de suite, pour monter un projet, je serais tout à fait ouvert. Je suis pour faire de nouvelles choses avec qui que ce soit. Il n'y a pas de « nous » et de « eux », tout le monde est impliqué, c'est très ouvert. 

Starbucks s'est souvent impliqué dans des projets musicaux, tout comme Amazon, Google, Target ou Best Buy. Tout le monde possède un téléphone et peut appeler n'importe qui avec qui il a envie de travailler. On pense que c'est la crise, mais pas vraiment. Si n'importe laquelle des entreprises dont je viens de parler m'appelait, je décrocherais. S'ils ont une bonne idée, on la réalisera ensemble. 

Mashable : Cela vous ennuie-t-il que Billboard refuse d'intégrer Songs Of Innocence dans son classement d'albums tant qu'il ne sera pas sorti physiquement, le 14 Octobre ? 

Oseary : Cela ne me dérange pas, parce que je n'ai pas encore eu l'occasion d'y penser. Les classements ne font pas partie de mes priorités. Je veux juste que le plus grand nombre profite de cet album. Ce qui se passe actuellement avec le catalogue du groupe est réjouissant. 


Nos sources : 
U2's Manager Responds to Backlash: If You Don't Like This Gift, Delete It 

 

Par U2achtung / Lien permanent vers la news