Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !
Bienvenue sur U2Achtung !
Inscrivez vous au club ou sur le forum

10/10/1988

  • Produit par : Jimmy Iovine
  • Edité par : Island Records

Histoire

    U2 n'a plus rien à prouver.
    La tournée qui suit la sortie de "The Joshua Tree" est, comme de bien entendu un triomphe. Bono est pour beaucoup une sorte de nouveau messie. "Rattle And Hum" est un projet étonnant, à la fois un film et un album. Pour le tournage le fort méconnu Phil Joanou a été retenu pour la réalisation.

    Annoncé comme un mini-événement, le résultat est loin d'être à la hauteur des espérances. Ce n'est pas cette fois-ci que U2 aura "Don't Look Back", le film qui avait si bien servi à façonner l'image de Bob Dylan. Un Dylan que l'on retrouve sur le disque à deux titres : d'abord parce que U2 reprend, un rien gauchement, "All Along The Watchtower", ensuite parce qu'il co-écrit avec Bono le texte d'une nouvelle chanson, "Love Rescue Me", titre aux sonorités country enregistré aux mythiques studios Sun de Memphis.

    Le seul défaut de "Rattle And Hum" serait de partir dans toutes les directions, avec des morceaux live originaux ou reprises, qui montrent le fossé entre le U2 87/88 et celui de 83, ainsi que quelques nouvelles chansons, dont deux nouveaux tubes, "Desire" aux allures rythm'n'blues et "Angel Of Harlem" aux teintes plus soul (les cuivres sont joués par les mythiques Memphis Horns) et dédiée à la sublime Billie Holliday.
    Le groupe semble avoir décidé de payer sa dette envers ses glorieux prédécesseurs, ses principaux inspirateurs : le disque s'ouvre sur le "Helter Skelter" des Beatles, B. B. King vient jouer de la guitare sur "Love Comes To Town" alors que "Van Diemen's Land", aux accents celtiques et chanté par The Edge, est dédié à un poète irlandais, John Boyle O'Reilly. Du live, on retiendra l'extraordinaire interprétation gospel de "I Still Haven't Found What l'm Looking For" ou la version épique de "Pride...".

    Malgré tout cela, "Rattle And Hum" laisse un petit goût d'inachevé mais, une nouvelle fois, n'en reste pas moins important car il clôt le deuxième cycle du groupe, celui de la domination planétaire.