Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !
Bienvenue sur U2Achtung !
Inscrivez vous au club ou sur le forum

New York

In New York freedom looks like too many choices
In New York I found a friend to drown out the other voices
Voices on the cell phone
Voices from home
Voices of the hard sell
Voices down the stairwell
In New York, just got a place in New York

In New York summers get hot, well into the hundreds
You can't walk around the block without a change of clothing
Hot as a hairdryer in your face
Hot as a handbag and a can of mace
In New York, I just got a place in New York
New York, New York

In New York you can forget, forget how to sit still
Tell yourself you will stay in
But it's down to Alphaville

New York, New York, New York
New York, New York, New York

The Irish have been coming here for years
Feel like they own the place
They got the airport, city hall, concrete, asphalt, they even got the police
Irish, Italian, Jews and Hispanics
Religious nuts, political fanatics in the stew,
Living happily not like me and you
That's where I lost you... NewYork

New York, New York
New York, New York

In New York I lost it all to you and your vices
Still I'm staying on to figure out my mid life crisis
I hit an iceberg in my life
But you know I'm still afloat
You lose your balance, lose your wife
In the queue for the lifeboat

You got to put the women and children first
But you've got an unquenchable thirst for New York

New York, New York
New York, New York

In the stillness of the evening
When the sun has had its day
I heard your voice a-whispering
Come away child

New York, New York

 

New-York

A New York la liberté ressemble à un trop grand nombre de choix
A New York j’ai trouvé un ami pour couvrir les autres voix
Les voix sur le portable
Les voix à la maison
Les voix des vendeurs acharnés
Les voix en bas de la cage d’escalier
A New York, je viens de m’installer à New York

A New York les étés sont chauds, ils atteignent les 100 °F
Tu ne peux pas marcher dans le quartier sans changer de vêtements
Chaud comme un sèche-cheveux sur ton visage
Chaud comme un sac à main et une matraque
A New York, je viens de m’installer à New York
New York, New York

A New York tu peux oublier, oublier comment rester assis
Dis-toi que tu vas rester à l’intérieur
Mais c’est arrivé à Alphaville

New York, New York, New York
New York, New York, New York

Les Irlandais viennent ici depuis des années
On dirait que la ville leur appartient
Ils ont l’aéroport, la mairie, le béton, l’asphalte, ils ont même la police
Les Irlandais, les Italiens, les Juifs et les Hispaniques
Des fous religieux, des fanatiques politiques dans la masse,
Qui vivent heureux, pas comme toi et moi,
C’est là que je t’ai perdu
... NewYork

New York, New York
New York, New York

A New York, j’ai tout perdu pour toi et tes vices
Mais je reste encore pour comprendre ma crise de la quarantaine
J’ai frappé un iceberg durant ma vie
Mais tu sais je flotte toujours
Tu perds ton équilibre, tu perds ta femme
Dans la file pour le canot de sauvetage

Tu dois mettre les femmes et les enfants d’abord
Mais tu as une soif inextinguible pour New York

New York, New York
New York, New York

Dans le calme de la soirée
Quand le soleil a fini sa journée
J’entends ta voix murmurer
Pars mon enfant

New York, New York

 

Retrouvez ce titre sur :

  • Auteur : U2
  • Durée : 5:30