Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !
Bienvenue sur U2Achtung !
Inscrivez vous au club ou sur le forum

Artiste du moment

Ghinzu

Non, non, il ne s'agit pas de la célèbre réplique de Maria Pacôme à Bernard Blier dans Le distrait avec Pierre Richard (Gazou, gazou !) mais bien d'un groupe 100% belge. L'origine du nom a cependant de quoi faire sourire. A leur début, à la veille d'un passage télé, les membres du combo n'avaient pas de nom de guerre. Ils optent alors pour Ghinzu, marque de couteaux japonais dont le slogan est "Plus on coupe, plus ils s'aiguisent".

Flashback

Retour en 1999. John Stargasm (chant, piano, clavier, basse) réunit autour de lui Fabrice George (batterie), Mika Nagazaki (basse, guitare, synthés), Greg Remy (guitare, basse) et Sanderson Poe (double basse, choeurs), excusez du peu. Fort de cet esprit multi-instrumentiste, le groupe s'attelle à la réalisation de leur premier opus: Electronic Jacuzzi.

Jacuzzi électronique

En quelques sessions entre 1999 et 2000, le tout est mis en boîte et sort le 15 décembre 2000. L'album est autoproduit par leur propre label, créé pour l'occasion: Dragoon.

Bénéficiant du bouche à oreille, le premier single Dolly Fisher finit par passer en boucle sur l'ex Radio 21 (la nouvelle Pure Fm). Le second extrait Electronic Jacuzzi bénéficie du même accueil. Doucement mais sûrement, ce nouveau groupe se taille une place à part entière sur la scène rock belge. Les musiciens enfoncent le clou avec Rotten Star, troisième single.
 

 


La scène

S'ensuit alors le véritable contact avec le public: la route et les concerts. Le club des cinq ne ménage pas ses efforts (le Salon à Silly, la Soundstation à Liège ou encore en première partie de Das Pop à Leffinge).

Lors du printemps 2001, Ghinzu s'embarque pour une mini tournée de quinze dates dont deux soirées sold-out au Botanique, le Wauxhall à Mons, le Nandrin Indoor Festival, la Kultuurfabrik à Esch-sur-Alzette ou encore Le Grand Manège à Namur.

Sur scène, le combo s'affiche avec perruques afro style Jackson Five de la belle époque. Cela deviendra leur marque de fabrique.

En juin 2001 sort un single radio inédit: il s'agit d'une version de R2D3 remixée par leurs amis de Das Pop.

C'est ensuite l'été 2001 et son cortège de festivals: Dour, l'Axion Beach Rock, les Gentse Feesten, Nandrin et les Nuits Botanique.

En septembre 2001, Thoughts Behind the Scene est lancé sur les ondes belges et devient rapidement leur plus grand succès en terme de passage radio.

L'année 2001 se termine par une mini tournée en Flandre dont une première partie de Goreslut au Nijdrop et des concerts très réussis au Magazijn à Gand et au Cactus Club à Bruges.
 


Reconnaissance

Le groupe s'exporte aussi en France: trois concerts show-case à Paris et surtout une prestation remarquée aux Transmusicales de Rennes, en décembre 2001. Enfin, cerise sur le gâteau, la RTBF, en collaboration avec Radio 21, effectue une captation télé live de 52 minutes qui sera diffusée simultanément à la radio et la télévision début mai 2002.

En 2003, l'exposition Music Planet leur dédie une vitrine, avec perruques et guitares du groupe.

Nouveau carton

En août et septembre 2003, Ghinzu joue lors de quelques festivals pour tester leurs nouveaux morceaux avec leur nouveau membre multi-instrumentiste Kris Dane.

En 2004, sort Blow, second album du combo belge (en février en Belgique et en France le 24 août avec deux pochettes différentes pour les deux marchés). Do You Read Me est le premier single extrait de l'album. Et le succès est de nouveau au rendez-vous. Décidément, la scène belge d'aujourd'hui n'a pas de quoi rougir.

Merci à RamDam

Electronic Jacuzzi (2000)
Blow (2004)