Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !
Bienvenue sur U2Achtung !
Inscrivez vous au club ou sur le forum

Artiste du moment

Jarvis Cocker

Vous vous souvenez sûrement de Pulp, groupe britannique mythique des années 90, au même titre que Blur et Oasis. La musique pop aux influences électro du groupe était immédiatement reconnaissable, de même que le timbre de voix de son chanteur, Jarvis Cocker, véritable bête de scène au charisme unique. Pulp est "en pause", et si on ne voit pas venir une éventuelle reformation, on peut tout de même se consoler avec la carrière solo de Jarvis Cocker, qui vient de sortir son deuxième album, "further complications".


Le premier album solo de Jarvis Cocker est sorti en 2006. "Jarvis" montre déjà une rupture partielle avec la musique de Pulp. Il y a certes quelques chansons comme "Tonite" ou "Don't Let him waste your time" qui rappellent les sonorités brit pop de "We Love Life", le dernier album de Pulp, mais il s'agit véritablement d'un disque intimiste, où Jarvis pose sa voix, et expérimente, prend des risques, comme dans la chanson en deux partie, "The Loss adjuster", ou encore "Fat Children", chanson aux guitares saturées où il imagine qu'un enfant obèse l'assassine au milieu de la rue. Jarvis Cocker fait une tournée mondiale, allant même en amérique du sud, et l'album reçoit un bon accueil. Sur scène, il ne joue jamais de chanson de Pulp, comme pour signifier clairement que sa carrière solo se démarque complètement de son passé au sein du groupe de Sheffield. La chanson la plus remarquable de l'album est peut être "Baby's coming back to me", magnifique chanson pacifiste que Jarvis Cocker avait écrit pour Nancy Sinatra et qu'il interprète ici à sa façon.


Même si son premier album est de qualité, les fans espèrent une reformation de "Pulp". Jarvis Cocker se refuse à dire que le groupe s'est séparé définitivement. Toujours est-il qu'il sort finalement en 2009 son deuxième album solo, "Further complications". Le titre paraît ironique (littéralement, "ça se complique encore plus") car l'espoir d'une reformation s'amenuise encore un peu.


"Further complications" est un album très différent de "Jarvis". L'ambiance intimiste du premier album laisse place à un son résolument rock, avec des guitares très saturées, comme l'annonçait la chanson "Fat Children". Même s'il peut décontenancer, l'album contient de très bons morceaux, comme "I never said I was deep", où Jarvis Cocker s'amuse de sa réputation de Dandy intellectuel, ou "Slush", peut être le morceau le plus abouti de l'album. La promotion de "Further Complications" a été pour le moins originale, Jarvis Cocker passant deux heures à la caisse d'un magasin HMV au centre de Londres, vendant lui-même son propre album, et signant des autographes à des clients aussi ravis qu'abasourdis.


A écouter :

- Jarvis : "Don't let him waste your time", "Baby's coming back to me", "tonite"

- Further complications : "leftovers", "I never said I was deep", "Slush"


Liens

- Site officiel

- Myspace

Jarvis (2006)
Further complications (2009)